Sénégal----

DAKAR et l'île de GOREE

Après trois jours de navigation, au près, nous approchons, de nuit, du mouillage dans la baie polluée de Dakar. Les égouts à ciel ouvert dans lesquels chacun déverse ses déchets, vidanges d'huile de moteur, sacs plastiques, tripes de poisson. L'odeur est pestilentielle et aux premières pluies, les caniveaux se videront dans la baie et laisseront sur les coques des bateaux des traces indélébiles.

Le mouillage devant les installations du cvd (club de voile de Dakar) Le club créé et géré toujours par des Français est équipé pour les services multiples aux plaisanciers. Mécanicien H.B. et diesel, voilier, les lessives sont faites à la main, une marchande de légumes installe son étal tous les matins à l'entrée du club. Le club est surveillé jour et nuit par un gardien.

Dans les environs de Dakar vu la pauvreté, les vols ne sont pas rares; il est déconseillé d'utiliser son annexe et d'exhiber des moteur H.B. de plus de 5 CV. C'est pourquoi le CVD organise une navette entre les bateaux et le quai de 9h. à 21h.

Les enfants des équipages se réunissent tous les jours pour faire leurs devoirs scolaires par correspondance. N'Dey la souriante Barmaid.

Notre lavandière préférée .....Fathou

 

Sophie prépare le barbecue.

 

En noir et blanc entre blancs et noirs

Le lac Rose terminus du Paris Dakar, la récolte du sel un travail extrêmement dur, le ramasseur fête rarement son trentième anniversaire.

La plage de Diop sur la côte Atlantique

L'île de Gorée

L'île se trouve à l'entrée de la baie, un bon mouillage se trouve à gauche du môle du port. Éviter d'être dans le chemin des navettes.

une visite toujours émouvante: la maison des esclaves?.... en 2004 nous avons lu le livre de Bernard Lugan " God Bless Africa" dans ce livre l'auteur prétend et semble  démontrer que cette maison a été édifiée après l'abolition de l'esclavage et que donc cette présentation n'est qu'une mascarade afin d'émouvoir le touriste de passage. Ce qui, bien n'entendu, n'enlève rien au symbole intolérable. 

cours de jembé donné par le fabriquant

 

 

A la fête de la tabaski, le sacrifice, traditionnel chez les musulmans, de la chèvre ou du mouton. N'Dey exhibe avec fierté son nouveau boubou haut en couleurs affin de marquer l'occasion.

Le Griot mandingue Sésé Soko nous fait un concert de coras, le rythme, la danse et les chants traditionnels sont de la fête.

Tout un monde technique au service des bateaux de passage, création d'une housse pour l'annexe indispensable pour la protéger des U.V.

 

Pour appeler Elatch, un coup de corne de brume et il arrive avec le sourire, pour vous conduire à terre ou vous ramener au bateau

Les dauphins accompagnent Alain et Maryvonne

 

 

LE FLEUVE CASAMANCE

L'entrée du fleuve est assez délicate, l'estuaire est fortement ensablé, les bancs de sable se déplacent à chaque crue le, balisage change donc tous les ans. Le long du fleuve les balises, qui tiennent encore, ont perdu leurs couleurs originelles.............Un héron Goliath à l'affût

Une balade en pirogue pour accéder là où le bateau ne peut aller....................Les palétuviers bordent les mangroves

La cueillette des huîtres

Les sénégalais de Casamance ouvrent les huîtres sur la braise d'un feu de bois et les mangent directement mais pas vraiment cuites

Les superbes pirogues dont certaines font 30 tonnes et transportent le même poids de marchandises

Le taxi pour se rendre de Ziguinchor vers les villages riverains....

 

Des visiteurs sympas et souriants toujours

Un cadeau désintéressé..........................

 

A la torréfaction, on trie le café à la main

Le fabriquant de chapeaux de paille à ciel ouvert 

 

La charrette et la mule reste le moyen de transport principal

Une montagne de cacahuètes

 

Mouillage devant un village Diola, un calme bucolique une tranquillité ressourçant, un bain d'authenticité africaine.

Pour en savoir plus sur l'organisation du peuple Diolas, mieux connaître leur respect pour la nature, leur volonté de vouloir rester en symbiose avec celle ci et mieux comprendre leur réticence à toute forme de modernisation qui serait sans respect pour leurs croyances et leur culture surfez sur leur site:

www.echoscommunication.org/html/casa.html

Ce site relate le projet de Silbay Sondo qui relève cette phrase de A.Sagna: "Nous ne refusons pas de faire un pas en avant, nous refusons seulement d'avancer sans nos boyaux."

Pierre Ribbes, dépose chaque année, des tonnes de médicaments en Casamance, je vient seulement d'apprendre qu'il y a deux ans (2004) il a disparu en mer dans le golfe de Gascogne au large de la Corogne.

 

 

La pointe Saint Georges

Les Diolas sont Animistes, ils laissent leurs biens les plus précieux au milieu du chemin, mais au pied d'un fétiche: personne n'y touchera; leur comportement dans la nature est plus qu'écologique ils ne prélèvent que le strict nécessaire.

ERETOUR AU MENU