CAP VERT

ERETOUR AU MENU

L'archipel du Cap Vert se trouve à trois ou quatre jours de voile à l'ouest de Dakar ... Palmeira, le port de l'île de Sal, mouillage uniquement.

Attention! Les cartes ne sont pas exactes les îles se trouvent pour la pluspart, jusqu'à plus de 5 miles à l'ouest (voir mes navigations en solitaires dans le chapitre "le capitaine")

L'île de Sal

C'est l'île qui possède l'unique aéroport international de l'archipel. De ce fait c'est donc l'île la plus touristique. Ce sont les Italiens qui investissent ici. Mais c'est encore très loin d'être colonisé comme les Canaries. Toute l'infrastructure se trouve au sud, dans la baie de Santa Maria, très beau mouillage, mais généralement y entre une houle supportable, qui à certains moments cependant, se fait très désagréable voir exceptionnellement dangereuse, (par coup de vent du sud) il faut alors aller se protéger dans la baie de Mordeira, un peu au sud de Palmeira qui reste le mouillage le plus sûr de l'île par rapport aux vent dominants nord ou nord-est.

Le climat est saharien, la plupart des îles sont désertiques sable ou cailloux à l'exception de Santo Antao, l'île la plus haute en altitude, ce qui permet aux nuages de s'accrocher à ses montagnes et de déverser leur contenu sur le flanc montagneux nord-est. C'est donc la seule île à ne pas s'être équipée d'un système de désalinisation de l'eau de mer pour avoir de l'eau potable et bien entendu c'est la plus verte et la plus grande productrice de légume et de fourrage.

Mouillage de Palmeira vu du nord-est. Les eaux sont terriblement poissonneuses on plonge on choisit on tire et on mange quelle cure(é)

Mouillage dans la baie de Boavista probablement le plus calme de tout l'archipel

"Soledade" bateau charter mouillant généralement dans la baie de Santa maria

 

 

Taxi vers les îles proches

Vue de la petite île devant Sal Rey à Boavista......vue de l'îlot depuis Sal rey

Il y a quand même une rivière à Boavista, elle provient uniquement des eaux de pluie et vu la légère pente donne cet oasis qui fait plusieurs kilomètres de longueur sur deux à trois cents mètres de large.

Après une des rares pluies la verdure pousse partout et le coprin chevelu tire son chapeau en soulevant la terre craquelée

 

...un habitant sur la défensive

En juillet les tortues viennent pondre sur la plage où elles sont nées. C'est ce qui permet, maintenant de les protéger efficacement, une plage de plusieurs kilomètres est classée pour leur protection. Une organisation "Cabo Verde Natura" organise l'observation pour les touristes de passage. Quelques fois les œufs sont récoltés, mis en couveuses et les petites sont remises à l'eau a l'abri des nombreux prédateurs. La tortue étant plus ou moins myope et grande mangeuse de méduses, elles confondent souvent ces dernières avec les nombreux sacs plastiques qui flottent entre deux eaux...elles en crèvent! La chasse aux tortues reste ouverte en dehors des endroits protégés.

La centaine de tortues qui naîtront de cette couvée reviendra pondre au même endroit dans quelques années si elle survit. photo de droite Claude Vermeeren, moniteur de plongée vit sur "Okéanos", depuis plusieurs années, grand défenseur des tortues, grâce à ses connaissances nous avons pu filmer et photographier, sans déranger la tortue, dans l'accomplissement de son instinct de perpétuation. Claude à fait des clichés assez extraordinaires et sous-marins que vous pouvez découvrir sur son site: www.okeanos.be

 

 

 

..

Les superbes plages de sable jaune

La rivière des eaux pluviales se jette dans la mer! personne n'a pensé à faire une retenue?

 

 Remy pêche le vif avec les enfants

La pêche aux vifs une technique très Capverdienne.

 

Sagapo remonte au près vers Sal (photo Sophie)

Pêche d'un lest de vieux galion coulé dans la baie de Boavista...vous avez cru quoi?

 

Les dauphins sont toujours aux rendez-vous entre Sal et Boavista

Une des causes de la déforestation: l'utilisation exagérée du charbon de bois. Recette pour en faire sans démolir la nature: creuser un trou dans le sable de la grandeur d'un seau. Y brûler le bois trouvé sur la plage et rejeté par la mer. L'ors que le trou est rempli de braises le couvrir de sable. Revenir le lendemain pour récolter.

Ed et Sophia de "Argo" avec José qui m'accompagnera jusqu'à Dakar chercher Françoise qui arrive bientôt en avion.

Serait-ce un coucher de soleil?.

 

..Le rocher qui garde l'entrée de la baie de Mindelo sur l'île de Sao Vicente attention aux venturis* en entrant Sagapo, à sec de toile, s'est pratiquement couché à cause d'une accélération de vent entre deux montagnes cependant pas très hautes.

Ca change des grandes surfaces, l'accueil est chaleureux l'humeur toujours au beau fixe, Françoise a pu visiter la ferme, biologique garanti!

Mouillage de Tarafal sur l'île de Santa Antao qui a, semble-t-il mauvaise réputation, nous n'y avons eu aucun problème.

La pêche au vif est une technique toute simple et efficace: il s'agit d'abord de capturer de gros alevins, (ici au filet) les maintenir vivants dans un vivier flottant, ensuite les fixer sur une ligne sans les tuer et aller pêcher plus loin pour attraper du plus gros.

Le gros mange le petit, et voilà ce que cela  donne,                                               c'est une des ressources principales des Iles.

 

Santo Antao l'île la plus verte: la seule à bénéficier de nappes phréatiques.

Un bizarre poisson ailé, aux pattes palmées, il aboie hors de l'eau! Jacques très concentré à la barre

Jacques et Françoise(2) nous ont rejoints à Sal, souvenir impérissable la piscine naturelle d'eau de mer, attention danger par mer forte et détrousseurs de touristes à l'affût.

C'est pas drôle il faut dormir sous l'annexe appelée Dolly ...........une photo Polaroïd = deux sourires heureux ...

 

 la pose avant le plongeon

La "fontana" incontournable lieu de rencontre pour chercher l'eau indispensable produite par le "désal", travail quotidien pour les femmes et les enfants; le prix est symbolique.

Un landau des plus confortable....

 

ERETOUR AU MENU

PAGE SUIVANTE P