Canaries

ERETOUR AU MENU

 

Canaries

Après avoir fêté dignement le millénaire en famille, nous sommes partis, Françoise et moi de Funchal le 3 février 2000 en fin d'après midi. Navigation de 256 Mn. poussé sur le travers par un vent d'est constant, mais faible, sans histoire particulière jusqu'à Santa Cruz de Ténérife où nous accostons le 5 février au début de l'après-midi. Nous avons navigué entre les îles jusqu'à mi-juillet.

Comme les Canaries ne sont pas trop éloignées de l'Europe, nous avons eu les grands plaisirs d'accueillir à bords quelques amis, et les enfants de Françoise : Anne So et son copain Nicolas, Matthieu et Julie.

Ce que nous avons aimé aux Canaries: La navigation n'est pas très compliquée, les côtes sont franches, il y a peu de courants, seule surprise: les accélérations de vent à l'approche des côte Nord et nord Est par le phénomène de venturis. Nous avons apprécié particulièrement Lanzarote et Graciosa quelques beaux mouillages nous ont offert l'économie des ports relativement chers dans l'ensemble. Nous avons été fascinés par les réalisation de César Manrique architecte de génie et grand défenseur du littoral Canarien. (voir page suivante) c'est grâce à son action que la construction des bâtiments à Lanzarote fut limitée à quatre étages.

Ce que nous avions moins apprécié, ce sont les concentrations touristiques organisées par les faiseurs de voyages. Débarquement des aspirines par charter successifs, pour remplacer les écrevisses cramées par les U.V. Cette industrie ne laisse que des miettes aux autochtones.

La femme de marin crie sa colère face à la mer...

Haut en couleurs et en rythmes le carnaval de l'an 2.000 à Santa Cruz de Ténérife décrétée ville mondiale du Carnaval cette année là.

Mouillage à couple où nous retrouvons Franck et Lorna des amis précieux que nous reverrons au Cap Vert et à Dakar

La ville de Betencuria, du nom du découvreur des Iles, la plus ancienne architecture bien conservée

Les venturis imposent le ciré même au mois de juillet......................rencontre de Greenpeace à Las Palmas

 

Très joli port entouré d'une ville fleurie "Porto Mogan"...................................Moteur en panne = annexe à couple

Porto Mogan

Tom et Laura sur les quais à Fuertaventura le seul port gratuit de l'archipel: Grand Tarajal (mais marina en construction) remorque d'une dangereuse épave flottante que nous laisserons sur une plage et partie de plaisir avec Luc et Catherine

Tient?... une plage de nudistes

 

 

Après la terrible éruption du siècle passé l'île qui était auparavant la plus verte fut recouverte de scories, les habitants revenus sur les lieux creusèrent des trous pour retrouver la terre arable et constatèrent qu'il ne fallait plus arroser. Ces scories ont la propriété de restituer le jour l'humidité qu'elles ont accumulées la nuit. A gauche les cultures de figuiers de barbaries pour y élever la cochenille qui produira une teinture rouge écarlate utilisée en cosmétique pour la fabrication du rouge à lèvre.

Mouillage avec Odin ...........................................................................Rencontre avec la Cata de Marc et Domi

avec lesquels nous visiterons le splendide jardin botanique

A ténérife, le Pico du Teide qui culmine à 3717 m.

Entre Ténérife et la Gomera les Globicéphales sont souvent au rendez-vous

Le port de San Sebastian de la Gomera le mouillage dans la rade n'est plus autorisé rentabilité oblige

Los Organos un phénomène géologique produit par les coulées de lave et l'érosion, visibles uniquement de la mer

Entre San Sebastian et Santiago de la Gomera quelques beaux mouillages tranquilles.....................Matt et Juju à l'aviron

Anne-So et Nico joue à Titanic je vole! Les jardins en espaliers qui grimpent jusqu'à la montana de Garajonay (1487m) et au Parc national

Le restaurant panoramique vue de 180° réalisation de César Manrique et pas 380° comme l'indiquent certains guides

ERETOUR AU MENU ................................................................................................page suivante